Diet Online, le blog pour être en forme

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 25 juillet 2011

Pour le pic de performance des athlètes, l'âge représente tout (traduction d'un article écrit par Eric Malinowski sur Wired)

La performance athlétique décroit de manière évidente au fur et à mesure que les gens vieillissent et que leurs corps décroissent physiquement, mais de nouvelles données compilées par des chercheurs français apportent un éclairage nouveau sur quand exactement ces déclins pourraient commencer à se manifester, au moins dans certaines disciplines sportives.

Les courses de plus de 1150 nageurs et athlètes (sur piste et terrains), ainsi que les réalisations d'à peu près cent grand maîtres d'échecs, ont été scrutées en se basant sur l'évènement auquel ils participaient, ainsi que leur âge et quel âge ils avaient quand ils ont établi des records du monde. Au total, plus de 11200 performance parmi ces athlètes ont été intégré dans l'ensemble de données, et les résultats ont confirmé qu'il y a un âge – un point de basculement physiologique, si vous voulez – où les athlètes commencent à ressentir un ralentissement irréversible dans leurs capacités.

De manière générale, les athlètes commencent à voir le physique décliner à l'âge de 26 ans, à prendre ou à laisser. (Cela semble être en ligne avec la notion depuis longtemps énoncée en baseball qui montre que les joueurs tendent à atteindre leur pic de performance n'importe où de 27 à 30 ans.) Pour les nageurs, les nouvelles donnent plus à réfléchir puisque l'âge moyen de pointe est de 21 ans. Pour les grands maîtres d'échecs, participant à une activité qui repose plus sur l'acuité mentale et la finesse plutôt que sur la force brute, acquise par l'entraînement, l'âge de performance maximale est proche de 31,4 ans.

Pour établir des records du monde dans une discipline athlétique donnée, l'aĝe moyen est de 26,1 ans, donc vous les trentenaires passionnés de sport, espérant voir votre nom publié au Guinness Book des records, vous avez peut être déjà loupé votre départ.

Bien sûr, si la championne olympique Dara Torres nous a appris quelque chose aux JO d'été 2008 à Beijiing (Pékin), c'est que l'âge quelquefois n'est qu'un nombre.

http://www.youtube.com/watch?v=V5bR2d7VKhg&feature=player_embedded

mardi 10 mai 2011

Pour augmenter l'endurance, essayez de vous supplémenter en protéine

Pour les athlètes, les glucides sont souvent les aliments auxquels ils ont recours lors d'une préparation pour une épreuve de longue distance ou un entraînement intense. Un compte-rendu communiqué par the American College of sports Medicine en Avril 2011 (ACSM ou Université Américaine de Médecine du Sport) identifie une nouvelle option nutritionnelle pour les sportifs d'endurance - la protéine.

Le rapport, intitulé "Effets d'une prise quotidienne de protéine sur la tolérance à l'entraînement intensif" a été publié en Avril de cette année dans la revue scientifique "Medicine & Science in Sports & Exercise®" (Médecine et Science dans le sport et les exercices). L'étude de recherche a été menée par Kevin Tipton, docteur en médecine, et a examiné les effets d'une prise de protéine sur la performance en endurance.

"Les athlètes d'endurance -comme les coureurs ou les cyclistes- se contentent couramment de leur nutrition pour améliorer leur récupération post-efforts"dit le docteur Tipton, un chercheur de l'université de Stirling en Ecosse. "Pendant des années, les athlètes se sont reposés très fortement sur un prise de glucides pour récupérer. Cependant, nous voulions explorer les bénéfices de la protéine."

8 cyclistes aguerris ont effectué deux fois trois semaines de tests, divisées également en entraînement normal, intensif et entraînement de récupération. Durant l'entraînement intensif et celui de récupération, les cyclistes se voyaient attribuer un régime protéique normal ou riche. Ces cyclistes consommaient 1,5g de protéine par kilogramme de masse corporelle dans le régime normal et le double de cette quantité dans le régime riche en protéine.

Les résultats ont indiqué que non seulement le régime riche en protéine améliorait légèrement la performance dans l'endurance des athlètes après entraînement intensif mais aussi réduisait leurs niveaux de stress.

"Une recherche précédente a identifié la tyrosine, un acide aminé présent dans les protéines, comme un propulseur d'humeur" affirmait le Dr. Tipton. "Cependant, nous ne pouvons pas définitivement dire pourquoi les athlètes se sentirent mieux avec une prise de protéine plus importante, il est possible que la disponibilité de la tyrosine dans notre régime riche en protéine a permis d'amoindrir le stress, contribuant ainsi à l'augmentation de la performance".

Tandis que les données préliminaires sont prometteuses, l'équipe espère que une recherche plus poussée sera effectuée afin d'explorer plus avant les bénéfices d'une prise de protéine sur le long-terme pour les athlètes.

Source: American College of Sports Medicine (http://www.acsm.edu)