Bonjour! Voici une traduction d'article issue du blog Well du New York Times, dont l'auteur est Gretchen REYNOLDS. Les commentaires entre parenthèses sont bien évidemment les miens et n'ont pas valeur de vérité absolue! Bonne lecture! Le sucre a une mauvaise réputation. Un article en couverture du magazine du New York Times il y a quelques mois informait de manière persuasive que l'indulgence exagérée aux Etats-Unis à propos du fructose (NDLR: sucre issu des fruits) et d'autres sucres conduit à l'épidémie d'ibésité, de diabètes et autres maladies. Mais cet article, très débattu, de l'écrivain Gary Taubes, concentré sur la façon dont les sucres comme le fructose affectennt le corps en général. Cela a peu été l'opportunité d'examiner le sujet proche qu'est la façon dont le sucre affecte le corps en mouvement. Est-ce que les édulcorants comme le fructose - le plus doux des sucres simples (NDLR: c'est-à-dire en comparaison aux sucres complexes, comme l'amidon par exemple), se trouvant en abondance dans les fruits et le miel, ont le même effet sur les personnes actives que sur les paresseux? Un certain nombre de nouvelles études suggère que les personnes s'entraînant régulièrement n'ont pas besoin de s'inquiéter outre mesure à propos de leur consommation de fructose ou d'autres sucres. Dans certaines circonstances, ils peuvent même trouver bénéfice à la chose sucrée. L'unique rôle que les divers sucres jouent dans l'effort est bien illustré par une nouvelle étude publiée en Mars de cette année dans "Medicine & Science in Sports & Exercise". Cela impliquait un groupe de cyclistes très entraînés et leurs foies. Pour l'expérience, chercheurs suisses et britanniques ont conduit les cyclistes, tous hommes, à rouler jusqu'à épuisement en diverses occasions. Après chaque course, ils avalaient des boissons adoucies avec du fructose ou du glucose, un autre sucre simple souvent identifié comme du dextrose sur les étiquettes d'ingrédients. (Certains buvaient aussi un mélange lait-sucre édulcorant). Le foie est souvent négligé lorque l'on considère l'intégrité des organs pour l'exercice, mais c'est un important réservoir de glycogène, la forme de glucose stockée par l'organisme. Tous le sucres, y compris le sucrose, ou sucre de table, et le sirop de maîs à haute teneur en glucose -qui consiste en parts quasi égales de glucose et de fructose- sont convertis en glucose, et stockés dans le foie comme glycogène. Un exercice fatiguant diminue ou épuise le glycogène, et jusqu'à ce que les stocks soient reconstitués, le corps n'est plus pleinement prêt pour un exercice intense. Dans cette étude, les scientifiques utilisaient l'IRM (NDLR: Imagerie à Résonance Magnétique) pour mesurer la taille du foie de chaque cycliste. Tous les cyclistes ont vu le volume de leur foie diminuer durant leurs entraînements, un signe que leurs foies étaient dépourvus de glycogène.Mais ceux qui buvaient -après l'exercice- du fructose remplacaient le volume perdu rapidement, montrant un gain de 9% en volume après 6 heures et demi contre 2% pour ceux du groupe ayant bu des boissons comprenant du glucose. Au final, les cherchus ont conclut que les boissons enrichies en fructose étaient deux fois plus efficaces que celles enrichies en glucose afin de stimuler la récupération hépatique. Cette découverte coïncide avec un large corpus de recherches antérieures suggérant que le fructose est particulièrement utile aux athlètes avides. Durant de longs et intensifs entraînements, ils peuvent puiser quasiment dans tout leur glycogène stocké et disparu. Mais buvez ou mangez quelque chose de sucré et les muscles peuvent continuer à travailler (NDLR: attention, tous les sucres ne se valent pas. Au delà du sucre, c'est la teneur en glucides qui permet une bonne récupération, notamment car c'est le "carburant" du cerveau. En outre, les glucides (catégorie dont fait partie le sucre sous toutes ses formes) fournissent l'énergie aux muscles mais n'empêchent pas le catabolisme -c'est-à-dire la dégradation) musculaire- suite à un entraînement intensif. Seule la protéine peut alors reconstituer le muscle. De façon intéressante, l'absorption seems être meilleure si l'édulcorant contient à la fois glucose et fructose. Une étude réalisée en 2008 sur des cyclistes montre que si ils buvaient une boisson énergétique enrichie en avec du glucose durant un effort modér" de deux heures, ils roulaient plus vite durant ce même temps que des coureurs ayant bu seulement de l'eau. Mais si la boisson sportive contenait à la fois du glucose et du fructose (dans un ratio de 2 pour 1), les coureurs étaient 8% plus rapides durant le temps du testque ceux buvant une boisson enrichie uniquement en glucose. Cela suggère-t-il que ceux qui s'exercent régulièrement mais modérément devraient considérer la question de la supplémentation en sucre? Hélas non. Une grande part des boissons énergétiques, des gels et des barres sont conseillés aux athlètes qui s'entraînent durement pendant au moins deux heures à chaque fois (NDLR: attention, si vous vous mettez à des efforts comme le marathon, le trail, les courses de vélo, ces suppléments vous seront très utiles mais si vous courez de temps à autre ou faites une sortie en vélo de temps en temps ou un autre sport de manière occasionnelle, cela ne vous apportera guère de bénéfice). Asker Jeukendrup, directeur du laboratoire de performance humaine à l'université de Birmingham en Angleterre, et co-auteur des deux études, écrivait dans un e-mail: "Si quelqu'un part pour une marche de 30 mn, la durée et l'intensité seront trop courtes afin que le sucre fasse une différence en termes de performance." Mais si cette demi-heure de promenade peut affecter la façon dont votre corps répond au sucre, suggère une autre étude scientifique. Vous n'avez peut-être pas besoin de barres chocolatées pour dynamiser voter marche, mais celle-ci va affecter la façon dont votre corps métabolise le sucre, si vous vous permettez cet écart. L'activité peut réduire de manière significative les risques de santé liés au fructose et autres formes de sucres" déclarait le Dr Robert J. Johnson -professeur de médecine à l'université du Colorado sur le campus médical Anschutz à Denver- qui a longtemps étudié le métabolisme du fructose et a été l'auteur d'un article paru l'année dernière dans une revue sur le fructose et l'exercice. NDLR: attention, il est rare voire inexistant que les barres chocolatées disponibles dans le commerce comportent du fructose, et sont souvent pleines de graisses industrielles pas très favorables à votre santé cardiaque. Considérons encore le foie. Chez les personnes sédentaires, ingérer de grandes quantités de fructose, qui est majoritairement métabolisé par le foie, a été associé au développement d'un déséquilibre qui est appelé le foie gras (NDLR: exactement comme le gavage des oies et des canards). Ce problème peut réduire la capacité du corps à répondre à l'insuline, l'hormone qui aide à contrôler le taux de sucre dans le sang. Une personne avec un foie dans cet état développe souvent une résistance à l'insuline, devient moins capable de contrôler son taux de sucre dans le sang et dérive inévitablement vers des diabètes de type 2. Mais l'exercice peut faire dérailler ce processus. Une revue de récentes études, publiées en Décembre 2010, concluait que commencer un programme pouvait dimminuer de manière significative la quantité de graisses dans le foie d'un individu, même si cette personne ne perdait pas de poids durant ce programme. NDLR: attention à l'effet yoyo: pour que l'exercice soit durablement efficace pour votre corps il faut s'entraîner régulièrement. Une fois par mois ou juste pendant les vacances d'été ne suffit pas. De l'exercice modéré -environ 30 minutes par jour 5 fois par semaine- aide également au contrôle du taux de sucre dans le sang si une personne a développé un diabète de type 2, selon une étude complète publiée dans le journal de "l'Association Médicale Américaine" (American Medical Association) Avant tout, le docteur Johnson a déclaré que "la science actuelle suggère que l'exercice exerce une influence physiologique globale" sur les mêmes chemins métaboliques auxquels le sucre nuit. "L'exercice peut vous rendre plus résistants aux effets indésirables du sucre" souligne-t-il. Non pas que chacun de nous doit vivre de sucre. "Le sucre n'est pas mauvais" conclut le Dr Johnson (NDLR: n'oublions pas le sujet de ses études: le fructose), mais il ajoute "mais c'est difficilement nutritionnellement bon non plus". La meilleure option, est le fruit, qui vient tout prêt avec une petite dose mais rassasiante de fructose complètement naturel.