Dans un article paru il y a dix jours (http://www.leparisien.fr/societe/la-nouvelle-mode-des-gelules-dopantes-17-04-2011-1410880.php), ce journal confond (et ce n'est guère nouveau dans la presse ou autres media) compléments alimentaires et produits dopants. En effet, le titre de cet article se trouve être : «La nouvelle mode des gélules dopantes ». De quoi parle-t-on ? D'un supplément en gélules contenant de la taurine.

D'où plusieurs choses à clarifier : Qu'est-ce qu'un complément alimentaire ? Que sont les produits dopants ? Qu'est-ce que la taurine ? Quel est son usage ?

La définition sommaire des compléments alimentaires est « les denrées alimentaires dont le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés, commercialisés sous forme de doses, à savoir les formes de présentation telles que les gélules, les pastilles, les comprimés, les pilules et autres formes similaires, ainsi que les sachets de poudre, les ampoules de liquide, les flacons munis d’un compte-gouttes et les autres formes analogues de préparations liquides ou en poudre destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité. » (issue de la directive 2002/46/CE du parlement européen)

La définition d'un produit dopant se trouve être déterminée par une liste des interdictions publiée annuellement par l'Agence Mondiale Antidopage : (http://www.wada-ama.org/fr/Science-et-medecine/Liste-de-substances-interdites/), ces substance sont classées en trois catégories : substances interdites en permanence , substances interdites en compétition, substances interdites dans certains sports. Or, si vous lisez la liste intégrale des substances interdites ( les trois catégories citées ci-avant), la taurine n'en fait pas partie, ni d'ailleurs aucun complément alimentaire (prendre comme exemple la créatine, qui est souvent confondue avec un produit dopant). Donc l'assertion formulée par l'auteur de cet article est fausse. Compléments alimentaires n'égalent pas dopage.

Maintenant venons-en à la taurine : c'est un acide aminé soufré, découvert « dans la bile de bœuf ou taureau en 1827 par les scientifiques allemands Friedrich Tiedemann et Leopold Gmelin6, son nom vient du mot latin taurus (taureau) » (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Taurine). Elle intervient comme neurotransmetteur (« composé chimique libéré par les neurones, agissant sur d'autres neurones », source : « http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurotransmetteur »). Pour faire plus clair : la taurine intervient comme régulateur de l'activité électrique (eh oui, nous avons une activité électrique, preuve en est que nous ressentons l'électricité statique) dans les muscles, le cœur et le cerveau. Permet la réduction d'ammoniaque durant l'effort, ce qui minimise l'apparition de crampes et de courbatures. En outre, la taurine permet également une suppression des tremblements nerveux dûs à la fatigue et une régénération rapide du tonus musculaire. L'apport de taurine par l'alimentation est estimé à 100mg / jour. L'Agence Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA) juge que 1000 mg de taurine par jour est le seuil sous lequel aucun effet indésirable est noté.

Alors que penser de la taurine ? Comme vous l'avez lu, la taurine est très utile pour les sportifs et les personnes fatiguées, stressées. Or aujourd'hui, ceux qui consomment de la taurine, que ce soit en gélules -comme le produit présenté dans l'article du Parisien- et sous forme de boissons énergisantes (à ne pas confondre avec des boissons énergétiques, qui sont destinées aux sportifs) comme la fameuse marque d'une écurie de F1, sont des jeunes qui mélangent cela avec de l'alcool, qui a pour effet de retarder la fatigue et donc de moins percevoir les effets de l'alcool et également il est noté une augmentation du rythme cardiaque. Donc, en conclusion, la taurine n'est pas un produit dopant, bien au contraire, mais attention à son utilisation !